Off Kultur

30/11 : Stranded Horse (FR-SEN) + Jan Mörgenson (FR)

Stranded Horse

Fin 2012, Yann Tambour invite un jeune prodige sénégalais, le joueur de kora Boubacar Cissokho, à effectuer en sa compagnie ses premiers pas sur les scènes européennes, l’occasion rêvée d’expérimenter une nouvelle formule, d’étoffer les arrangements, et d’explorer ainsi de nouveaux horizons. Album aux arrangements contrastés et aux mariages inattendus, « Luxe », le dernier opus de Stranded Horse, se nourrit de ces collaborations et de ces voyages : sessions dakaroises, parisiennes et nantaises. L’album métissé marie subtilement folk anglo-saxon, horizons mandingues et chanson française en puisant ses sources dans les différentes tournées effectuées au cours de ces dernières années (Europe de l’Ouest et Centrale, Russie, Japon, Chine, États-Unis ou Afrique du Nord), et dans les disques glanés au fil de celles-ci.

Pour autant, la musique de Yann Tambour n’a jamais semblé aussi intime, et la subtilité de chacun de ses invités fait de ce Luxe un ouvrage singulier, humaniste et ensorcelant, qui ne nous lâche jamais la main le long de ses chemins de traverse.” Slate

Site officiel // Facebook // Soundcloud 

Vidéos :
Stranded Horse – Monde
Stranded Horse – Dakar


janmorgenson01

Jan Mörgenson

Guitariste Messin autodidacte, Jan Mörgenson emporte son public au cœur d’une expérience hypnotique. Ses étranges prières instrumentales font appel aux esprits de John Fahey et de Jack Rose. Son travail a surtout un aspect méditatif et introspectif, avec des motifs et variations potentiellement infinis, un bourdon quasi permanent, qui plongent lentement l’auditeur dans un va-et-vient lancinant, focalisant tantôt sur le son qui lui parvient, tantôt sur ses propres pensées. La guitare primitive de Jan Mörgenson est comme un vaisseau qui vous emporte pour un voyage dont vous êtes le capitaine. Il fourni l’embarcation, à vous de décider où celle-ci vous mènera.

« Du sud-est américain à l’Espagne en passant par l’ancien Empire ottoman, une seule frise de guitares cabrées, l’évocation de sombres gitans sous un soleil de plomb. Cet album vaut plus qu’un énième exercice de style de bon guitariste. Mörgenson joue nerveux, inquiet, sec, occulte et orageux, comme un médium terrifié par les fantômes qu’il réveille. » Les Inrocks.com

 site officiel // facebook // soundcloud

Vidéos :
Jan Mörgenson – Extended Park